Cher écosystème #3

Cher écosystème, 

Le business s’accélère à Rio !

Tes fidèles serviteurs se donnent un mal de chien dans leur olympiade perso pour goûter à tous les délices culinaires et liquides du coin : feijoada, caipirinha, biscoito globo, picanha, chopp…

Nous pensions que le plus dur était passé avec le pentathlon de caïpirinha (citron, maracuja, kiwi, ananas, et… encore citron), nous n’avions encore rien vu. Nous avons participé à la fameuse épreuve de bidochophilie, ou levée de bidoche : la compétition se déroule toute l’année au Braseiro da Gávea, on vous la recommande.

Pour l'entraînement, quelques tapas sur le pouce chez Adega Pérola. Pour de la samba prise très au sérieux, le Bip Bip fera l’affaire. Et pour un peu plus de sueur et de cassage de reins, rendez-vous dans n’importe quel troquet de Lapa.

Nous avons aussi eu le plaisir de faire une épreuve de Tennis de Table, en spectateur cette fois. Des matchs d’anthologie opposant quasi exclusivement des pays - Hong-Kong, Taipei, ... - d’Asie. La belle découverte, c’est que les Brésiliens sont dingues et ont mis une ambiance plus match de foot que ping-pong - comme vous dîtes dans votre jardin !

Bon sinon on bosse aussi. Roman a consacré ces derniers jours à explorer les maigres initiatives brésiliennes en matière d’open innovation, à lire ici, et à disséquer le business modèle du CIO, à tenter de comprendre ici. Le british de la bande, Tristan, a déserté le Club France pour la British House de Rio. Il y a soigné son accent “posh” et a participé aux J.O pour startup, dont vous pouvez lire le compte rendu ici. Pour sa part, Juliette continue sa folle chevauchée en tête de course au selfie-star et couve un début de thèse sur les initiatives pour l’entrepreneuriat féminin au Brésil, les projets numériques pour améliorer la sécurité et la démocratie participative dans le pays. Ca va puncher !

Chaleureusement,
Tristan & Roman